Avannes

Share Button

Le 4 septembre 1944, aux environs de 15h, la Battle Patrol du 7th Regiment de la 3rd Division arrivant de Quingey par la N83 et fait jonction avec les FFI du groupement de Besançon. Les renseignements s’échangent entre français et américains et ces derniers demandent à connaitre les points de passages sur le Doubs. Cette collaboration permet à une patrouille mixte de mettre la main aux environs de 17h sur le pont d’Avanne demeuré intact. Les allemands avaient détruit tous les ponts sur le Doubs sauf celui-ci.

A partir de la prise du pont d’Avanne, ce dernier va jouer un rôle essentiel dans la libération de Besançon, objectif de la 3rd ID. Le 5 septembre, divers éléments du 7th IR utilisent la tête de pont d’Avanne pour installer des barrages sur les routes et des observateurs d’artillerie sur les hauteurs jouxtant la nationale 73 qui permettront de grandement déstabiliser la retraite allemande sur cette route, notamment à Châteaufarine dont les habitants seront pendant trois jours soumis aux tirs d’artillerie.

Les habitants d’Avanne souffrent eux-mêmes des tirs d’artillerie le 5 septembre. Des canons allemands installés sur les forts de Besançon ouvrent le feu sur le village. Des civils et des américains sont blessés par les tirs. Le 141st IR de la 36th Division est rattaché provisoirement à la 3rd ID afin de tenir la tête de pont d’Avanne et de protéger son précieux pont. Pendant trois jours, un grand nombre de véhicules et de soldats américains passent par le pont et le génie est même obligé de détruire le trottoir pour y permettre le passage des Sherman. La totalité du 7th Regiment passe le pont le 6 septembre et le 7 septembre, c’est au tour du 3/30th IR qui le traverse permettant l’enveloppement ouest et nord de Besançon, libérant la ville le 8 septembre.