Champagne Campaign

Share Button

Une grande partie, voir la quasi totalité des objectifs est atteint le Jour J, en ayant rencontré une résistance complètement dérisoire, et différente de ce que les vétérans des précédentes campagne avaient endurés sur le front italien. Le Südwall est percé et n’a pas été efficace, la plupart de ses batteries ayant été détruit durant le pilonnage préliminaire à l’assaut, ou tout simplement inexistante.

La 1st Airborne Task Force aida à saisir les hauteurs derrière les plages afin de créé le périmètre défensif ayant reçu le nom de ‘Blue Line’ qui se trouve à 30 kilomètres dans les terres et qui est atteint le 16 août. Cet objectif une fois atteint est de le dépasser et d’avancer vers la vallée du Rhône et de prendre contact avec le deuxième corps français.

La centaine de parachutistes ayant sauter dans la région de Fayence est toujours isolé et est attaquer par des forces ennemies venant de Grasse en attendant d’être contacté par la 36th Infantry Division qui n’arrive que le 20 août, avec la Task Force Eitt, constitué pour libéré la région de Fayence qui est libéré dans la journée du 21 août.

La vallée du Rhône

Après le débarquement, entre le 17 et le 19 août, le VI Corps pousse vers le nord en direction du Rhône et Avignon ; l’emplacement du poste de commandement de Wiese. Au même moment, le commandant de la XIX. Armée essaye désespérément d’établir une ligne défensive, en disposant des morceaux des 189. et 198. division sur le Rhône. Ne disposant d’aucune force blindé dans le sud de la france, la 11. Panzer Division y est envoyé.

Le VI Corps continue sa progression à vive allure après avoir franchi la Blue Line et poursuivent les allemands qui ces derniers remontent vers le nord après avoir été ordonné par Hitler de se replier. Pour détruire la XIX armée allemande qui est l’un des objectifs de la 7th Army, la Task Force Butler a la mission de progresser vers le nord, depuis Draguignan, via Riez, puis Digne et Sisteron, et d’obliquer vers le Rhône à Aspres-sur-Buech, et ainsi de couper la retraite des forces allemandes. Équipé de char Panther, la 11. Panzer traverse  le Rhône avec beaucoup de difficulté suite à la destruction des ponts, et prend la direction de Aix-en-Provence afin de repoussé la 36th Infantry Division qui approche dangereusement de Montélimar tandis que la 45th Division traverse la Durance à Mirabeau le 19 août et que la 3rd libère Aix-en-Provence le 21 août.

Le 120th Engineer Combat Battalion de la 45h Infantry Division répare le pont de Mirabeau qui avait été endommagé durant une attaque de l'Air Force.

Le 120th Engineer Combat Battalion de la 45h Infantry Division répare le pont de Mirabeau qui avait été endommagé durant une attaque de l’Air Force.

La progression sur la Riviera

Le 22 août, la First Special Service Force est rattachée à la First Airborne Task Force en remplacement de la 2nd British Para Brigade qui est renvoyée en Italie par le General Frederick. Les Black Devils allaient de nouveau se retrouver sous le commandement de Robert Frederick qui les avait lui-même entrainé et conduit au feu depuis Kiska, Monte Cassino et Bloody Anzio. Le 19, la FABTF est relevée par la 36th Infantry Division et est assignée à sa nouvelle mission qui est de protéger le flanc droit de la VII Army remontant la vallée du Rhône. La B Company du 645th Tank Destroyer Battalion est rattachée à la Task Force.

La FABTF doit alors progresser le long de la côte pour aller jusqu’à la frontière Italienne dans les Alpes Maritimes et pour certaines unités jusque dans les Basses-Alpes. La libération du littoral est rapide et, mis-à-part des violents combats pour la prise de Cannes, les parachutistes de la Task Force libère la ville le 24 août, de même pour Grasse, qui est libéré définitivement le même jour après avoir affronté des contre-attaques désespéré. Nice est traversé par les colonnes du 509th Combat Team le 28 août et est dans les montagnes de l’arrière pays Niçois à partir du 30 août, en ayant libéré Menton, de même que toute la Task Force qui se déploie de Barcelonnette jusqu’à Jausiers en passant par le col de Braus. Le front ne bougera plus jusqu’en avril 1945, date de l’offensive sur l’Authion par l’armée française.

Des Forcemen du 3rd Regiment sur le versant nord du Mont Ours lors des combats sur la frontière franco-italienne à l'automne 1944.

Des Forcemen du 3rd Regiment sur le versant nord du Mont Ours lors des combats sur la frontière franco-italienne à l’automne 1944.

La résistance allemande en Provence est tel, que la campagne de la libération du sud de la france est surnommée « The Champagne Campaign. » tout d’abord sur la Riviera, lors de la publication d’un article par un reporter. Cette appellation remonte jusque dans la vallée du Rhône. Ce surnom vient du fait que le champagne coula à flot et notamment à Antibes, Cannes et Nice, mais aussi dans des villes des Alpes et du Rhône où les allemands avaient battus en retraite aussi rapidement que possible, mis-à-part à Montélimar, où la 11. Panzerdivision y mena un combat acharné.