La vallée du Rhône

Share Button

Désireux de tirer parti de la faiblesse des défenseurs allemands et de leur réaction à Dragoon, Truscott envoie ses trois divisions à l’intérieur des terres. Il veut que la majeur partie de sa 3rd Division poursuive son avancée le 17 août, poussant d’abord son flanc gauche vers l’ouest en direction des rivières Real Martin et Gapeau, les deux s’écoulant généralement du nord au sud sous les pentes occidentales du massif des Maures. Une fois ici, le flanc gauche de la division devait tenir jusqu’à ce que le II Corps français passe là-bas aux environs du 20 août, afin de poursuivre la route vers Toulon. Le reste de la 3rd Division devait se réunir dans la région du Luc-Gonfaron et frapper vers vers l’ouest le long de l’axe de la N7 à Brignoles, treize miles au-delà du Luc et à Saint-Maximin, onze miles plus loin et vingt-cinq miles juste au-dessus de Toulon. Pendant ce temps, la 45th Division devait envoyer un Regimental Combat Team au nord-ouest de Vidauban dans la zone de Barjols, à environ 11 miles au nord de Saint-Maximin. Le Combat Command Sudre de la 1er Division Blindée Française doit aussi prendre la direction de Saint-Maximin-Barjols, utilisant la N7 et les routes secondaires entre les 3rd et 45th Division.

Des éléments du 30th Infantry Regiment accompagné de chars Sherman de la Company du 756th Tank Bn. avançant au nord d'Aix-en-Provence.

Des éléments du 30th Infantry Regiment accompagné de chars Sherman de la Company du 756th Tank Bn. avançant au nord d’Aix-en-Provence.

Sur le flanc droit du VI Corps, les forces dispersés de la Task Force Butler se rassemblent le 17 mai au Muy, se réorganisent selon les plans prévus, et commencent à se diriger au nord à partir du 18. La 36th Division relève la 1st Airborne Task Force dans la région du Muy-Les Arcs, puis, laisse le 141st Regiment le long de la côte pour protéger le flanc droit du VI Corps, prêt à suivre la TFB. Après s’être rassemblé pour une grande partie à Puget-sur-Argens, la FABTF doit se diriger vers l’est pour relever le 141st IR qui est rester sur le a côte. En bref, les plans de Truscott sont de manœuvrés mutuellement sur trois endroits: d’abord, une pression générale vers l’ouest, le long de la côte vers Toulon; deuxièmement, un débordement de Toulon vers le nord (éventuellement suivie d’une progression vers l’ouest en direction du Rhône); et troisièmement, un mouvement au nord-ouest par la Task Force Butler et la 36th Division.

L’avance rapide alliée à l’ouest font des plans de Wiese des plans obsolète. Sur la gauche, le 7th Infantry Regiment et le Commando d’Afrique fait mouvement vers le Real Martin et le Gapeau entre le 17 et 18 août, mais rencontre une résistance opiniâtre de la part de la 242. Division. Le 18 et le 19, les commandos et les éléments de la 1er Division Française relève le 7th IR sur le secteur côtier. Sur le secteur centre, le reste de la division rejoint la Roquebrussane le 18 août et continue sur la N7 avec le CC1 (Combat Command Sudre) en direction du Luc, où une résistance sommaire est rencontré, pour ensuite se dirigé vers Saint-Maximin. Pour la 45th ID, deux de ses régiments, les 157th et 179th, rencontre quelques résistances sur la route de Le Luc-Vidauban, se retrouvant à Barjols au coucher du soleil le 18, persan le centre de la ligne de défense de Wiese. Tandis qu’à l’ouest, une partie de la 36th Infantry Division progresse dans la vallée de l’Argens, relâche la pression des parachutistes dans la région de Fayence, tandis que l’autre partie remonte au nord du Muy en direction de Montélimar et Grenoble (Task Force Butler), en y progressant très rapidement et sans rencontré de réel résistance.

La remontée du sud de la France est tel que les plans sont changés. Patch ordonne au VI Corps de poussé vers l’ouest, à Aix-en-Provence – qui est libéré le 20 -, quinze miles au nord de Marseille, afin de protéger le flanc nord des français. Les américains doivent également sécurisé les passages sur la Durance; saisir Sisteron (que la TFB atteint dans la journée du 19), continuer de forte reconnaissance vers le nord, et préparé la 36th Division à se dirigé vers Grenoble.

De nombreuses petite Task Force tel que la Task Force Butler sont envoyés au nord à travers les montagnes, rappelant étrangement la géographie de l'italie aux hommes de la Texas.

De nombreuses petite Task Force tel que la Task Force Butler sont envoyés au nord à travers les montagnes, rappelant étrangement la géographie de l’italie aux hommes de la Texas.

Dans la journée du 21, l’image de la piètre défense allemande change lorsque des éléments de la 11. Panzerdivision sont signalés sur la rive ouest du Rhône. Le commandement allemand n’a pas l’intention de monté une contre-attaque, ce que le commandement américain ne sait pas. Ces éléments sont envoyés afin de protéger la retraite du LXXXV Corps du Général Kniess.

Pas très tard dans la mâtinée du 22, Truscott est assez satisfait des intentions allemandes dans le Bas-Rhône. Il envoie le 180th Regiment de la 45th ID vers le nord, mais décide de laissé la 3rd ID au sud de la Durance, jusqu’à ce que les forces française la rejoigne. Tant les 3rd et 45th Division avancent vers l’ouest durant la journée, et les deux unités atteignent la seconde ligne de défense abandonnée de Kniess dans l’après-midi.
Wiece commence maintenant à se soucier moins du front sud. De plus en plus perturbé par les menaces développé sur le flanc est de sa route de retraite, il ordonne à tout les éléments de la 11. Panzer de faire mouvement immédiatement vers le nord; il alerte Kniess de faire remonter le Rhône par sa 198. Division, ne lui laissant que sa faible 338. Division et ses divers éléments rattachés pour maintenir les passages de la Durance à Orgon, afin de protéger son flanc sud, et de défendre Avignon contre l’avancée Américaine. Wiese veut avoir toutes ses unités au nord de la Durance bien avant la nuit du 23 août, le temps d’abandonnée toute la dernière ligne au sud de la Durance.

Le 23, alors que les ports ne sont pas encore sécurisé, Patch et Truscott limitent prudemment le mouvement de la 3rd Division à l’ouest et manquent ainsi l’opportunité de couper des portions importante du corps de Kniess au sud de la Durance ou de bloquer la retraite du corps de Petersen. Pratiquement intacte pendant les heures de la journée, le reste des forces de Kniess franchissent la Durance pendant la nuit du 23-24 août. Le lendemain, les forces françaises remplacent les éléments de la 3rd Division et les troupes occupent Avignon sans opposition, le LXXXV Corps de Kniess s’étant échappé. Ses forces, ainsi que celles de Petersen, se mettent maintenant à marcher rapidement jusqu’à la vallée du Rhône en direction de Montélimar, à trente miles de là.

Un petit garçon pose sur un M10 Tank Destroyer du 601st Tank Bn. lors de la libération de Vaison-la-Romaine le 26 août 1944. (Musée de la résistance nationale)

Un petit garçon pose sur un M10 Tank Destroyer du 601st Tank Bn. lors de la libération de Vaison-la-Romaine le 26 août 1944. (Musée de la résistance nationale)

Au soir du 20 août, Truscott fixe Montélimar comme objectif. Le 23, la Task Force Butler débouche dans la cuvette du Roubion et tente de s’emparer de Montélimar. Elle se heurte à la 11. Panzer Division : les américains et les FFI trop faibles doivent se replier sur les hauteurs de Marsanne. Les unités de la 36th ID convergent en renfort et l’artillerie divisionnaire prend position sur les hauteurs de Marsanne. Des éléments de la 11. Panzer montent en direction de Loriol, traversent la Drôme, s’emparent de Grane, mais sont contenus par l’artillerie américaine et se mettent en position défensive à l’est de Loriol et Livron.

Le 25 août, le 141st IR arrive à barrer le passage sur la N7 à la Coucourde. Dans la nuit du 25 au 26 la 11. Panzer force le passage après un furieux combat de chars ; elle commence à traverser la Drôme au matin. Dans l’après-midi du 26 août la 11. Panzer attaque en direction d’Allex : ils sont contenus par l’artillerie de la 45th Division. Entre temps et dès le 24, le I/198. s’est engage dans la vallée du Roubion se heurtant aux ligne américaines (bataille de Sauzet) : les agglomérations de cette vallée subissent d’importants dégâts.

Pendant que la 11. Panzer progresse vers Valence le 27 août, les 2 divisions d’infanterie allemandes en arrière-garde doivent remonter de Montélimar à Livron sous le pilonnage des chasseurs-bombardiers et surtout de l’artillerie, sur un itinéraire encombré. L’infanterie allemande subit de fortes pertes en matériel et véhicules qu’elle doit abandonner ou détruire.

Le 29, le 141st IR, appuyés par les résistants entrent à Montélimar. Les défenseurs de la crête de Marsanne (Hill 300)  peuvent quitter leur position. Au soir de ce jour la 36th ID commence le franchissement de la Drôme, laissant à la 3th ID et aux FFI le nettoyage du « chaudron ». Le 30 août au matin, le Grenadier-Regiment 933 lance une dernière contre-attaque sur La Courcoude qui est repoussée. Mais le restant de la 19. Armee a pu s’échapper.

Une jeep de la 36th Infantry Division transporant des soldats allemands blessés près de Loriol le 30 août 1944.

Une jeep de la 36th Infantry Division transporant des soldats allemands blessés près de Loriol le 30 août 1944.

Derrière leur fuite, les allemands détruisent les ponts, en esperant que cela ralentisse l’avance alliée. Cependnt, la 45th Division est en mesure de contourner les forces allemandes, en prenant la ville de Meximieux le 1er septembre. Ceci pose à nouveau une menace de l’évacuation allemande. Après quelques escarmouches, la 11. Panzer lance une lourde attaque dans la ville, causant 215 victimes américaines et détruisant un certain nombre de chars et de véhicules.

Durant la progression vers Lyon, une patrouille de la 45th Infantry Division entre dans la ville le 2 septembre avant l’armée française, qui libère officiellement la ville le lendemain.

Le VI Corps font une dernière tentative pour couper la retraite de l’armée allemande en faisant une offensive en direction de Bourg-en-Bresse par la 45th ID et le 117th Cavalry Reconnaissance Squadron. Cependant, la 45th ID n’est pas en mesure de surmonter les défenses allemandes près de Bourg-en-Bresse. Le 117th Cavarly a plus de succès, en contournant la ville et en prenant Montrevel et Marboz au nord de Bourg. Le 3 septembre, Montrevel est libéré, mais le squadron se retrouve pris au piège par la 11. Panzer entourant la ville. En conséquence, le 117th est presque anéantie, et la voie d’evacuation allemande à nouveau ouverte. Les unités américaines se retrouve alors à Marboz.

Arrivée d'une colonne du 179th IR de la 45th ID à Lons-le-Saunier le 3 septembre 1944, après la libération de Bourg-en-Bresse. (source)

Arrivée d’une colonne du 179th IR de la 45th ID à Lons-le-Saunier le 3 septembre 1944, après la libération de Bourg-en-Bresse. (source)

Pour les deux prochaines semaines, les alliés effectuent plus d’escarmouche mais ne sont pas en mesure de couper une grosse partie des forces allemandes, de même que les allemands ne sont pas capable de maintenir une bonne ligne de défense comme convenu. Les forces alliées, remontant la vallée du Rhône, rejoignent le 12 septembre, à Montbard, au cœur de la Bourgogne celles du front de l’ouest. C’est en entrant dans l’est de la France, que la ‘Champagne Campaign’ se termine.



Engagements principaux
Dates
La vallée de la Bléone18 - 20 août 1944
La libération du Dauphinais19 - 20 août 1944
La traversée de la Durance et le département du Vaucluse19 - 26 août 1944
L'avancée et la libération de Grenoble21 - 23 août 1944
Le chaudron de Montélimar21 - 28 août 1944
La vallée de l'Isère22 - 25 août 1944
Le col de Larche22 - 28 août 1944
La défense de Briançon27 aout - 1er septembre 1944