Youks-les-Bains

Suite aux succès de l'opération Torch avec notamment la prise d'Alger, d'Oran et de Casablanca, les alliés décident de poursuivre leur avancer en Tunisie.

Le Lt. Col. Edson Raff se voit confier la mission de saisir l'aérodrome de Tebessa le 15 novembre près de la frontière Tunisienne soit à 640 kilomètres des troupes alliés les plus avancées. Aucun renseignement n'est disponible quand à la défense de l'aérodrome ni même sa localisation. Par le pure des hasards Raff apprend grâce à deux pilotes français qu'un autre aérodrome, trois fois plus grand, se trouve non loin, dans la localité de Youks-les-Bains. La zone de saut est plus vaste et il est convenu de le prendre en priorité pour s'emparer ensuite de celui de Tebessa.

Une section de rigger est mise en place pour réparer au plus vite les équipements des parachutistes. Le 12 novembre, 150 parachutistes en plus du Lt. Col. Raff sont envoyés de Tafraoui à l'aérodrome de Maison Blanche près d'Alger. Deux jours plus tard ce sont 170 autres hommes menés par Doyle Yardley qui y sont envoyés. Finalement un peu moins de 350 parachutistes arrivent à être équipé.

Au total, ce sont 304 parachutistes qui embarquent à bord de 22 C-47 à Maison Blanche le 15 novembre à 6h30. Six chasseurs les encadrent pour éviter toute attaque ennemie. En dépit de ses blessures dues au précédant saut, Raff est à la tête de ses hommes. Il est accompagné du reporter de guerre Jack Thompson qui saute pour la première fois. L'aérodrome de Youks-les-bains est localisé sans grande difficulté. L'un des deux pilotes français avait grossièrement croqué son emplacement sur la seule carte dont disposait Raff. La présence de troupe sur l'aérodrome est remarqué. Raff donne l'ordre de sauter à 900 mètres d'altitude à 9 heures 30. L'aérodrome se trouve être magnifiquement bien défendu avec tout un réseau de tranchées, mitrailleuses en batteries, le tout supporté par des canons de 75mm. Mais les Français s'abstiennent d'ouvrir le feu et se précipitent pour aider les paras à se dégager de leur harnais, et à aider les blessés ayant atterri sur des contreforts rocheux. 15 hommes au total y comprit le Capt. John Berry commandant de E/509 souffrent de fracture. Au sol, les américains se rendent compte que si les français n'avaient pas été dans leur camp, ils auraient probablement tous était anéantie.

Rapidement Français et Américains se lient d'amitié. Les soldats français chargés de tenir l'aérodrome de Youks font parti du 3e Zouave commandé par le Colonel Albert Berges. Raff reçoit en gage de cette amitié la fourragère rouge que le 3e Zouaves avait gagné au cours du 1er conflit mondial ainsi que leur insigne. Raff en échange, découd son drapeau d'invasion et l'offre au Colonel Bergers. Raff continuera de porter la fourragère tout au long de la campagne tunisienne.

Le Capitaine Morrow organisa les défenses de l'aérodrome avec l'aide des français pendant que Capitaine Alden soignait les blessés avec l'aide d'infirmiers français. La E Company mené par Yardley pousse jusqu'à Tebessa pour occuper l'aérodrome qui est capturé sans opposition.



Following the success of Operation Torch including the capture of Algiers, Oran and Casablanca, the allies decided to continue their progress in Tunisia.

Lt. Col. Edson Raff is entrusted with the mission to seize Tebessa airfield on the 15 of november near the Tunisian border, 640 kilometers from the most advanced Allied troops. No information is available about the defenses of the airfield or even its location. By pure chance, Raff learns through two French pilots that another airfield, three times larger, is located nearby, in the town of Youks-les-Bains. The drop zone is larger and it was agreed to take priority then grab one of Tebessa.

A rigger section is set up to repair the paratroopers equipment. On November 12, 150 paratroopers led by Lt. Col. Raff are sent to Tafraoui Airfield in Maison Blanche near Alger. Two days later, 170 men led by Doyle Yardley are sent there. Finally a little less than 350 paratroopers arrive to be equipped.

At leat, 304 paratroopers boarded 22 C-47 in Maison Blanche on November 15 at 6:30. Six fighter planes fly with them to avoid the enemy attack. Despite his injuries received during the jump 7 days early, Raff is ahead of his men. Youks-les-Bains airfield is located without much difficulty. One of two French pilots had roughly sketched its location on the only map available for Raff. The presence of troops on the airfield is noticed. Raff gives the order to jump at 900 meters at 9h30. The airfield is being beautifully defended a whole network of trenches, machine gun batteries, all supported by 75mm guns. But the French refrain to opening fire and rush to help the troopers to disengage from their harnesses, and to help the wounded who landed on rocky foothills. Fifteen men in total got broken limbs. E/509 commander’ Capt. John T. Berry suffer a fracture. On the ground, the troopers realize that if the French were not in their camp, they would probably all dead.

French and Americans quickly become friends. French soldiers responsible for guard Youks airfield are part of the 3rd Zouave commanded by Colonel Albert Berges. Raff receives a token of friendship red fodder that the 3rd Zouaves had won during the World War One and their insignia. In exchange Raff seam its invasion flag and tenders to Colonel Berges. Raff continue to wear the forage throughout the Tunisian campaign.

Captain Morrow organized the defenses of the airfield with the help of the French while Captain Alden tending the wounded with the help of French medics. E Company led by Yardley grows up Tebessa to occupy the airfield that is captured without opposition.

Leave A Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.