Fréjus

Share Button

Selon les plans des préparatifs, Fréjus, après un débarquement sur Red Beach, doit être conquise dans la journée du 15 août. Il n’y a que trois kilomètres entre la plage et la cité historique, plaque tournante géographique dont le contrôle est indispensable pour élargir la tête de pont. Mais la force d’assaut du capitaine de vaisseau Bailey, transportant le 142nd Infantry Regiment se heurte au feu nourri et précis des allemands retranchés sur la plage de Saint-Raphaël nord. Plusieurs tentatives de débarquement sont annulés et le contre-amiral Lewis n’a d’autre choix que d’annulé le débarquement sur ce secteur de plage à 14h05.

Le contrôle des ponts sur l’Argens ne peut être réalisé afin d’assurer la jonction avec les troupes US débarquées à la Nartelle et fonçant vers Saint-Raphaël, le long de la route côtière. En fin de soirée, la 36th ID atteint en fin de soirée les alentours de Fréjus.

Deux bataillons du 142nd IR ont ratissé Valescure. Reste, avant de reprendre la marche en avant, à attendre le 3rd Battalion qui a 15km de chemin à parcourir à travers le maquis de l’Estérel. Il faut modifier le plan initial. D’ailleurs, pas mal de nettoyage reste à faire dans les anciens camps militaires français de Caïs et de Gallieni où quelques points d’appui ennemis résistent encore.

Le 16 août, la progression reprend et à 13h55, les 1st & 3/142nd IR entrent dans Fréjus et fouilles les ruelles. A 17h, les américains sont pris par quelques accrochages au nord de la ville près de la RN 7. Les 105 et 155mm interviennent car il n’y a pas de temps à perdre et à 18h, d’autres fusillades éclatent aux alentours du camp français de Caïs où l’artillerie pilonne la zone résultant à la capture des derniers soldats allemands du secteur. Le soir du 16 août, la région de Fréjus est totalement nettoyée et les fantassins américains s’engagent sur les routes conduisant vers Draguignan.