Le Luc

Le Luc est dominé par les ruines dou castéu di masco (Jumeau des sorcières). C’est un nœud routier important menant à Aix, Toulon et Marseille. Les allemands ont installé un solide point d’appui antichar au carrefour des routes.

Le 17 août, durant toute la matinée et une partie de l’après-midi, des accrochages, parfois violents, se succèdent. Le 2/157th IR ne peut pas venir au bout de cette résistance acharnée. Il a eu des difficultés plus à l’est dans les collines et au terrain d’aviation.

Le bataillon arrive au Luc par les hauteurs du Canet-des-Maures et y fait intervenir le 160th Field Artillery Battalion tirant depuis la Basse-Verrerie, détruisant les positions retranchées de l’adversaire et brisant le moral des défenseurs.

La A Company du Capt. James L. Packman du 30th Infantry Regiment de la 3rd ID attaque aussi Le Luc tard dans la matinée. Le 2nd Lt. Gilbert B. Hunt est blessé durant les combats mais continue à mener ses hommes en engageant trois half-tracks ennemis et en en détruisant un, les forçant à se replier et perdant aussi un canon antichar. Rapidement après, le Pvt. Robert C. Loomis, un servant de BAR, engage à lui seul deux blindés antiaériens dans la ville en tuant 5 hommes d’équipage de l’un d’eux et forçant l’autre à se replier.

A 17h30, les hommes du 2/157th achèvent le nettoyage systématique des abords du Luc et reprennent leur marche vers Brignoles. Le secteur du Luc est laissé au Combat Command Sudre (CC1) où il y perd son premier M4 Sherman « Le Tonnerre », foudroyé par un obus de 88mm.