Le Muy

Le Muy est à l’extrémité sud-est d’une cuvette naturel de 3 à 8 kms de diamètres, englobant le airhead de la DZ A et O. La ville conduit depuis une route, aux plages de débarquement de Saint-Raphaël se trouvant à environ 20 kilomètres. La ville est occupé par le QG du Grenadiers. Rgt.765 (242nd I.D.) qui a la majorité de ses troupes en Fréjus et Saint-Tropez. Une unité de reconnaissance de la 148. I.D. composé d’une unité d’opérateur radar et une unité antichar se trouve également au Muy.  L’ennemi est en alerte et prêt.

Plusieurs hommes atterrissent à l’intérieur du Muy. La plupart s’échappent à travers les rues avant le levé du jour, mais deux hommes du 596th Engineer sont capturés dans la zone construite. Ils restent là toute la journée subissant le feu de tireurs isolés. En fin d’après midi, ils arrivent à s’enfuir en nageant dans la Nartuby avec de l’eau jusqu’au cou. Ils rejoignent l’attaque britannique, et reste dans la région du Muy jusqu’à finalement être retrouvé par les américains le lendemain.

Le Captain Albin P. Dearing du Regimental S-2 du 517th PIR atterri au nord est du Muy et est confronté à une grande force allemande. Dans la lutte, Le Pvt. Henry Ciner de la 517th Pathfinder Team est tué et Dearing avec quatre autres hommes trouvent refuge dans le bâtiment d’une ferme. Les allemands attaquent en force et le capture avec son groupe après un siège prolongé dans lequel tous les américains sont blessés. Les captifs sont pris en charge par un médecin français et un para britannique. Ils sont vite rejoints par 9 Demomen capturés au sud du Muy.

Le Pvt. Henry Wikins du HQ Platoon de la 596th Parachute Combat Engineer Company se retrouve prêt du Muy lors de son atterrissage et il est blessé par des éclats d’obus. Ses blessures sont trop graves et les tirs de mortiers arrosent toujours la zone pour qu’il puisse être évacué. Il est donc laissé sur place, installé le plus confortablement possible. Il est retrouvé plus tard, mort. Le Sgt. Sanberg du 2nd platoon qui est également blessé se tenait tout prêt de lui mais n’avait pas été trouvé par les allemands et put être évacué.

Mercredi 16 août

Le Muy conduit depuis une route, aux plages de débarquement de Saint-Raphaël se trouvant à environ 20 kilomètres. Les Glider Riders du 550th Battalion font mouvement dans une zone de rassemblement près de la ville du côté nord et établissent une zone sûre en attendant l’attaque. Le 509th Parachute Infantry Battalion, avec le 1st Platoon de la 596th PCEC et les paras du 463rd Parachute Field Artillery Battalion attendent eux, au sud du Muy.

Le Muy devait être pris par les parachutistes de la 2nd Independent British Brigade, mais ces derniers, sans soutien d’artillerie, n’avaient pu prendre la ville. Ils prennent cependant le pont sur la Nartuby se trouvant au nord qui mène directement au centre ville. Vers minuit, les hommes du 550th IAB quittent la forêt au nord du Muy. La plupart des hommes de la HQ Company se perdent dans l’obscurité. Le Pvt. Willie P. Wilson s’endort dans un fossé avec la plaque d’un mortier et n’est retrouvé que le lendemain matin. La compagnie de commandement du 550th est située à 100 mètres avant le pont dans une maison à gauche de la route.

À 2 heures du matin, le 16 août, la Able Company du 2nd Chemical Battalion effectue un tir de barrage d’obus explosif. 200 coups sont tirés. Dave Goodel commandant de la compagnie remarques que les défenses ne sont pas très solides ce pourquoi peu de tir sont effectués cette nuit là. La A Co. accomplit sa mission dans cette opération avec un degré élevé de réussite et porte maintenant le tab Airborne comme l’un de ses biens les plus précieux.  

Après 15 minutes de tir de barrage, le 550th IAB attaque. La A Company se déplace à droite de la route, la C Co. à gauche et la B Co. elle, est placée en réserve. Immédiatement, des mitrailleuses et des tireurs d’élites allemands leur tir de tous les côtés, y compris à l’arrière. Durant l’attaque, deux motocyclistes allemands sont trouvés morts à côté de leur moto. Les compagnies prisent en embuscades tirent très peu pour ne pas montré leurs positions aux allemands bien retranchés dans les maisons en pierre. À 6 heures, le bataillon se repli et se regroupe pour tenter un deuxième assaut. Ce repli n’est pas une déroute étant donné que les britanniques maintiennent toujours la ligne de front.

À 11 heures 40 le 16, le 550th IAB franchi à nouveau la Nartuby et retente une attaque. Mais les groupes font plusieurs pauses, très apprécié de part cette chaleur où les hommes sue dans leurs uniformes en laine. Quand la bataille commence les hommes oublient vite la chaleur. L’ennemi occupe des positions à 300 mètres au sud de la rivière.

Le Heavy Weapon Platoon prend position sur une hauteur sur le flanc droit de la Charlie Company en avançant vers la ville. Après la capture du centre ville la Able Company arrive sur le flanc droit de la Charlie Co. pour nettoyer la zone. A part quelques tireurs d’élites isolés, la ville est sécurisée à 15 heures. Durant l’attaque de la ville, le 1/Sgt. Anthony Paplatario est tué et 15 autres sont blessés.

Tôt le matin du 16, le 509th Combat Team, toujours déforcé de son personnel clef parachuté par erreur sur la côte, apprennent par la 2nd British Brigade que Le Muy n’est toujours pas tombé. Les hommes tiennent les hauteurs situées au-delà de l’Argens face au Muy et le pont qui la traverse. Par conséquent, ils décident de progresser en direction de la ville. Les batteries du 463rd PFAB sous le commandement du Major Seaton tirent un total de 62 obus entre le 15 et le 16 août pour soutenir le 509th PIB lors de l’attaque sur Le Muy. Aux environs de 10 heures du matin, Cooper et d’autres blessés sont évacué et le Major Garrett, ayant été parachuté sur la côte, assure le commandement du bataillon. L’assaut allait être assisté par un peloton de char du 191st Tank Battalion à 13 heures 30, arrivés des plages. L’attaque menée par le 1st et 3rd Platoon de la Able Company soutenue par le light machine gun et le mortar platoon de la HQ Company allait débuter à 12 heures 30. Pendant que le 3rd platoon attaque la colline, le 1st platoon lui, fait mouvement pour prendre deux maisons à la base de la colline. Les deux pelotons sont pris à partie par des tirs d’armes légères, cependant, les chars arrivent vers 14 heures et leurs tirs réduisent à néant la résistance allemande. La A Company fait 26 prisonniers. Les parachutistes avançant d’abord à bords des chars, rentrent dans la ville où ils rencontrent les patrouilles avancées du 550th Infantry Battalion qui elles, avaient pris la ville d’assaut par l’autre côté.

argens-river

Les éléments du 509th PIB ayant été parachuté par erreur à Saint-Tropez se reposant au Muy après avoir rejoint la ville le 17 août.

Le Lt. Paul Egan du 550th parlant avec un partisan français, lui indique la position d’un tireur d’élite allemand et envoi William G. Yoder, Well Ross, Franck Putman et William D. Smith d’aller chercher la maison. Guidés par le français, ils découvrent l’endroit et capturent 8 officiers allemands. L’un d’eux parle anglais et les 6 autres sont des capitaines. Le dernier homme est un colonel.

le-muy

Le Général Pritchard commandant de la 2nd Independent Parachute Brigade au Muy.

Le Capt. Albin Dearing du 517th ayant été fait capturé la veille avait essayé de négocié la rédition des allemands avant qu’il ne soit trop tard mais ces derniers ne voulurent rien entendre et se rendirent le 16 août.