Camel Beach

Share Button

Camel beach est le troisième et dernier secteur du gros du débarquement américain et est située à à 13 kilomètres à l’est de Delta Beach. La Camel Force est constituée de la 36th Infantry Division et de la Task Force 87 du contre-amiral Spencer Lewis.

Cette zone se sépare en quatre secteurs de plage : ‘Red Beach’ (142rd IR), ‘Blue Beach’ (1/141st IR), ‘Green Beach’ (141st & 143rd IR) et ‘Yellow Beach’ (2/141st IR) et s’étend de la Pointe des Issambres à la bordure est de Delta jusqu’au golfe de la Napoule. Sur la partie gauche de Camel beach se trouve le Golfe de Fréjus, surplombé par la ville de Saint-Raphaël. Ces plages sont défendues par des éléments du IV. Bataillon du 765. Infanterie-Regiment. A Saint-Aygulf est déployé une batterie de quatre canons de 75mm à sur une position fortifiée nommée ‘Geranie’. Plus à l’est, la Kriegsmarine a trois canons de 150mm près de Cap du Dramont, installé dans des bunkers. Et tout proche d’ici, la Luftwaffe a installé une douzaine de flak 88 près d’Anthéor.

Blue Beach ne peut accueillir que deux petit navires à la fois et n’est défendu que par l’Ost Bataillon 661 composé de volontaires russes très peu motivé à se battre. Green Beach est une petite plage de 250 mètre de large et de 100 pieds de profondeur à quelques kilomètres à l’ouest de Blue Beach. La plage est rocheuse et entouré par des carrières et seule une route de sortie fait face à la plage. Elle est également bien défendu, mais beaucoup trop petite pour un débarquement de masse. Yellow Beach est en face de la ville d’Agay, protégé par des mines sous-marine, et la plage couverte par le feu ennemi.

Sachant que cette station balnéaire est à l’embouchure de l’Argens, Saint-Raphaël est un point clé du débarquement, car cette vallée coupe à travers les collines au nord de ces deux villes et offre une voie facile pour la conduite des opérations vers l’intérieur des terres afin de rapidement dégager une tête de pont de 70km.

Ce secteur est gardé par d’anormal positions de défenses comparé aux autres secteurs de plage. Ceci n’est pas une surprise, sachant que Fréjus est une point d’invasion clé depuis l’Antiquité.

Les secteurs de Camel Green et de Camel Blue sur l’aile droit de la division sont confiés au 141st IR, qui est une importante mission car elle constitue l’épaule droite de la zone d’invasion.

L’assaut

L’attaque est précédé par l’envoie de huit Sherman DD du 753rd Tank Battalion, mais ils sont lancés de si loin (4000 yards) de la côte, qu’ils arrivent après que la première vague ai touché le sol. Il y a quelques tirs en premier lieu, mais les Osttruppen de sont pas très enthousiaste à l’idée de combattre et commencent à se rendre en grand nombre. Les combats les plus durs on lieu dans la calanque d’Anthéor où C/141st mène l’assaut de son 1st Battalion. Trois péniches sont coulés. Prit par surprise, les allemands n’utilisent leurs mitrailleuses que lorsque le 4e vague débarque et lorsqu’il est trop tard. La plus grande menace sur la plage sont les abondants tirs de l’artillerie allemande, mais qui, sans observateur, n’est pas très précis.

Des médecins (probablement du 111th Medical Battalion) soignant des civils blessés à l’abri derrière un Sherman DD du 753rd Tank Battalion. (National Archives)

Le 1st Battalion du 540th Engineer Combat Regiment du Col. George W. Marvin est envoyer sur le rivage de Green Beach. Deux de ses compagnies se mettent immédiatement au travail en organisant les zones de plage et en nettoyant les champs de mines et mettant en place des dépôts pour les vagues d’assaut suivantes.

Le 1/141 prend rapidement le contrôle de la calanque d’Anthéor, de même que pour les 2nd et 3rd Battalion à Green Beach qui déclare la plage sécurisé peu avant 10h. La principale mission du régiment est de sécurisé en premier la route côtière d’Agay et ensuite les hauteurs du Massif de l’Esterel. La B Company traverse la rivière Agay avec le 2/141 et rencontre des unités du 1/141 venant de Camel Blue pour prendre Yellow depuis l’arrière afin de commencer les opérations d’approvisionnement. En quelques heures, les troupes américaines de Green et Blue Beach se rejoignent, capturent Agay et la plupart de ses défenseurs.

Le 143rd rejoint rapidement le 141st sur Camel Green et est dirigé vers la partie ouest en direction de Saint-Raphaël et un poste de commandement provisoire est installé à l’hôtel du Boulouris. Des cailloux et des roches et des blocs de pierre de toute taille sont éparpillés sur les rives de Green Beach. En collaboration avec l’infanterie débarqué, des bulldozers sont amenés sur la plage pour dégagé les formations rocheuses et préparé une sortie sur la route côtière principale. Des chars et des tanks destroyers suivent de près, grimpant sur les pentes irrégulière de la carrière de granit.

Les hommes du 141st Infantry Regiment progressent dans les carrières derrière Green Beach.

Les hommes du 141st Infantry Regiment progressent dans les carrières derrière Green Beach.

La progression du 2/143 est au point mort en fin d’après-midi après la course des bunkers de Stützpunkt Löwe sur la partie est des approches de Saint-Raphaël. Vers 10h, le 133rd Field Artillery Battalion s’installe sur Green Beach afin de couvrir l’avance dans les terres.

Contrairement auxx autres plages, le 142nd IR devait débarqué dans l’après-midi après que le 143th IR ai pénétré dans Saint-Raphaël depuis l’est. Camel Red Beach est un piège mortel potentiel, situé au centre des fortifications de la ville. A 11h, les dragueurs de mines de la Navy essayent d’établir un couloir jusqu’au port mais sont lourdement pilonné par l’artillerie.

Des LST lance-roquettes essaient de dégagé les défenses des plages mais ceci est encore un échec. Des péniches télécommandés sont envoyés sur le rivage en espérant de détruire les défenses du rivage. Trois seulement atteignent le rivage, mais la plupart sont détraqués et huit d’entre doivent être détruit par les destroyers lorqu’elles reviennent en direction de la flotte. Un bombardement naval de la côte suit, mais lorsque la force de débarquement rejoint la zone à 3000 yards du rivage aux environs de 14h, l’artillerie allemande reste intense ; les bombardements n’y on rien fait. C’est la seule victoire allemande sur ce secteur du débarquement.

Les hommes du 142nd Infantry Regiment attendant au large de Fréjus en face de Red Beach.

Les hommes du 142nd Infantry Regiment attendant au large de Fréjus en face de Red Beach.

Le Capt. Leo Schulten de l’US Navy qui doit mené le groupe d’assaut sur Camel Red décide de stopper temporairement l’assaut et contact l’Amiral Lewis. Après plusieurs essaie pour contacter le l’état-major de la 36th sur le rivage, Lewis décide de débarqué le 142nd sur Camel Green et évite Camel Red. Par cela, le 142nd IR débarque à 15h15, et évite ainsi un carnage. Ceci est dû à l’expérience des unités de la Navy à ne pas suivre les ordres lorsqu’il le faut afin d’éviter des tragédies. Le 2nd Battalion du 540th débarque avec le 142nd IR, balaye le flanc droit de Camel et puis arrive sur Yellow Beach au même moment pour relever la B Company. Yellow Beach devient la principale plage d’approvisionnement, tandis que les troupes et les véhicules débarquent sur Green Beach.

Le débarquement se passe bien et tout le 48th Engineer Battalion, sauf la B Company, débarque sans se mouiller les pieds. Une fois sortis de la plage les hommes progressent le long de la route côtière et traversent un barrage de tirs de chars. Le bruit des tirs est assourdissant. Ils se rendent finalement dans un hôtel un peu plus loin sur la route qui servira de Poste de Commandement au 48th Engineer Combat Battalion Les Demolition Teams ayant actionné les péniches téléguidés débarquent aussi sur Green Beach et rejoignent l’hôtel un peu plus tard.

Les plus grandes pertes de la journée subit par la Camel Force est durant un raid de la Luftwaffe. Un bombardier Do-217 largue une bombe de type Hs.293 sur le LST-282, le coulant dans les eaux peu profondes et fait 40 victimes.

Les têtes de plages étaient enfin établis à la fois sur Green et Blue Beach. Le débarquement à Saint-Raphael fut un succès avec relativement peut de victime.