Delta Beach

Share Button

Delta Beach est le second des trois secteurs du débarquement américain. La zone inclut le Golfe de Saint-Tropez. Tout les débarquements prennent place à l’extérieur du golfe sur une plage d’une distance de 5000 yards, entre la Pointe des Sardinaux et la Pointe de la Garonne, appelée Baie de Bougnon.

La Delta Force comprend la 45th Infantry Division et la Task Force 85 du Contre-amiral Bertram J. Rodgers se trouvant au centre du dispositif de débarquement. Les Thunderbirds incluant nombre de Cherokee et d’Apache d’Oklahoma et du Nouveau Mexique doivent se soucier des étroites voies maritimes, ainsi que l’ennemi prit en sandwich entre Alpha et Camel Beaches. Les hommes du Général William W. Eagles doivent attaquer la ville balnéaire de Sainte-Maxime où s’y trouvent de magnifique villas, maintenant à l’allure minable et délabré.

Quatre secteurs de plages sont créés sur Delta Beach : d’ouest en est : ‘Red Beach’ (3/157), ‘Green Beach’ (1/157), ‘Yellow Beach’ (1-2/180) et ‘Blue Beach’ (3/180), située tous les quatre à l’est de Sainte-Maxime. Ces plages sont défendues par des éléments du II. Bataillon du 765. Infanterie-Regiment.

De nombreuses villas, peinte en rose, vers ou jaune, ont été reconvertit par les allemands en position fortifiée et ont été martelé par le bombardement aérien et naval. A la pointe est de la baie se trouve un récent aménagement immobilier se trouvant sur la Pointe des Issambres. Ici se trouve un canon de 220mm français de 1918 camouflé, pour se confondre avec le jardin d’une villa à proximité avec des formes de buissons peintes sur le béton. Le canon est pilonné par la marine, mais n’est pas mis hors de combat. La petite Pointe de la Garonne, entre les plages et les Issambres, a un canon de 75mm et de nombreuses positions de mitrailleuses. La Pointe des Sardinaux à l’ouest est aussi bien protégé.

A 6h40, les Cuirassés et les Croiseurs ouvrent le feu sur les ouvrages défensifs de la plage de la Nartelle, à la Pointe des Issambres et sur le Cap des Sardinaux. Tout ces bombardement n’affectent en rien le mur antichar de 3m de haut et de deux mètres d’épaisseur.

Une heure plus tard, des LCTR s’approchent de la plage et l’arrosent afin de détruire tout les dispositifs défensif. Simultanément, les fantassins de la 45th Infantry Division partent à l’assaut à bord des péniches accompagné par des sapeurs du 40th Engineer Combat Regiment sous le commandement du Lt. Col. Oscar B. Beasley, qui ces derniers doivent faire sauter le mur antichar. Ironie du sort, c’est une salve de projectile allemand qui fait une première brèche dans le mur.

Le débarquement

Suite à la mise à terre des troupes, des rescapés du bombardement s’enfuient et la défense sporadique se révèle inefficace.

Il n’y a aucun obstacle sous-marin entravant les obstacles de la Delta Force et à 8h02, le 40th Engineer, touche terre. Le bataillon ne trouve pas de mine sur la plage mais le 1st Battalion enlève les barbelés sur Red et Green Beach. Les unités de terrassement débarquant à Delta Green approchent la plage à 500 yards sur le flanc droit de la zone de débarquement prévu et perd immédiatement trois de ses Tankdozer lorsque ces derniers plongent dans l’eau à la sortie du chaland de débarquement. Les équipages plongent alors pour récupérer les charges explosives se trouvant sur les blindés afin de détruire le mur antichar. Quand au 2nd Battalion, celui-ci rejoint le 36th Engineer à Alpha Beach.

Les seules pertes sont quatre Sherman DD du 191st Tank Battalion qui ont sautés sur des mines.

Deux des quatre Sherman DD du 191st Tank Battalion ayant été mis hors de combat sur Delta Beach. source

Deux des quatre Sherman DD du 191st Tank Battalion ayant été mis hors de combat sur Delta Beach. (source)

A 11h, le 3/157th IR se trouve à l’entrée de Sainte-Maxime et environ 500 allemands ont évacués précipitamment la station balnéaire. Mais les américains se rendent compte que la ville est truffée de barricades où s’y trouve des mitrailleuses et des armes antichars et des tireurs embusqués sont dans les maisons, mais les vétérans d’Anzio encerclent la ville par les collines du Sémaphore et entreprennent le nettoyage les poches de résistance au bazooka et à la grenade. Le point d’appui qui leur donne le plus de mal est celui de l’Hôtel du Nord. Il faudra pas moins de deux compagnies pour en venir à bout. Il faut deux heures pour libéré la ville après un combat de maison en maison.

Pour finir de nettoyé la ville, la 45th ID envoie ses chars qui détruit les bunkers à une distance d’à peine de 50 mètres, les éventrant.

Deux hommes voient une bannière orné de la croix gammé flottant sur une un poste d’aiguillage, l’enlèvent, et le remplace par la bannière étoilée.

La progression dans les terres

Des patrouilles du 1/180 découvrent un convoi allemand roulant à proximité du Val d’Esquières où dans le Grand-Hôtel balnéaire dominant les roseaux de la rivière la Garonnette, les allemands viennent de plié bagages et ont disparu aux premiers bombardements. Les mortiers sont mis en place et les allemands sont engagés. Douze d’entre eux sont tués et une trentaine d’autres sont fait prisonniers, puis la progression reprend vers Saint-Aygulf.

A 15h30, le 3/157 quitte Sainte-Maxime et s’engage sur la route côtière de Beauvallon tandis que le 1/157 s’engage le long des collines en direction du Plan-de-la-Tour et le 3/180 prend la direction du Val d’Esquières. Les unités doivent alors rejoindre les troupes aéroportées de la 1st Airborne Task Force.

Le 157th Infantry Regiment progresse à l’intérieur des terres.

Aux environs de 15h30, le Général William Eagle débarque à la Nartelle. A cause de la proximité des secteurs de plage, la plus grande partie des navires et des barges transportant les troupes et le matériel doit se concentré en deux petites zones de transport et des grues et des pontons sont mis en place par le génie naval et les équipages des bâtiments font un travail exceptionnel en s’approche dans des côtes étant donné l’étroitesse des zones de débarquement, mais le lendemain, Delta Blue est fermé à cause de la proximité des autres zones de débarquement et par ce fait, des opérations qui sont limités.

La division accomplit tout ces objectifs et fait 205 prisonniers tandis que 109 hommes sont mis hors de combat.