Saint-Cézaire

Le 517th Parachute Regimental Combat Team est l’unité de la First Airborne Task Force la plus au nord du front.
Après la prise de Callian et de Montauroux, le 3/517 continue sa route vers Saint-Cézaire, 4 miles au nord. Ils ont ordres, après avoir pris Fayence, de libérer la ville. De Saint-Cézaire on peut apercevoir les parachutes blancs se trouvant sur le plateau Varois entre Fayence et Montauroux.

Cependant, le 15 août, le Captain Grant G. Hooper, commandant de la G Company du 517th PIR atterrit du côté de Saint-Cézaire du à un problème de parachute. Lorsque le signal pour sauter tourne au vert, Hooper bricole encore une de ses sangles de parachute endommagé et est le dernier homme de son avion à sauter. Il atterrit ainsi à 65 kilomètres de sa zone prévu ! Un para britannique se trouve également avec lui. Les deux hommes ne reste que quelques jours puis des maquisards viennent les cherchés en voiture afin de les ramenés auprès de leur unité.

Ironie du sort le 21 août, le Captain Grant Hooper commandant de G/517 commence à traverser la Siagne et s’apprête une nouvelle fois à aller à Saint-Cézaire, sous estimant les défenses allemandes.

Située en haut de hautes falaises, la ville occupe une position de défense naturelle surplombant la Siagne.
Bien qu’ayant l’air désert depuis un poste d’observation tenue par le RHQ/517, une patrouille découvre que la ville est tenue par plusieurs centaines d’Allemands.

La Item Company a ordre de traversée le ravin qui précède la ville tandis que la G Company doit la contourné et la prendre depuis un autre côté.

« Saint Cézaire était un objectif du 3rd Battalion. Raconte le Lieutenant Howard Hensleigh. Les G et I Company devaient mener l’assaut. La G était commandée par le Captain Grant Hooper et la I Company par Martin Fastia, mais officieusement par le Lieutenant James P. Birder et les autres lieutenants de la compagnie. La H Company, commandée par « Skip » Morris, était en réserve. La HQ Company, commandée par le Captain Joseph McGeever, était en soutien. »
L’attaque est prévue pour 19 heures. La George Company doit encercler le village pendant que la Item Company lance un assaut frontal. Les compagnies en mouvement sont couvertes par l’artillerie du 460th PFAB.
De Callian, la D Company du 83rd Chemical Bn. tire sur des cibles  à Saint-Cézaire.

Après plusieurs tirs de barrage sans signe de l’ennemi, les Artillery Obervers concluent que la ville a été évacuée. Pendant ce temps, I/517 traverse la Siagne et est confrontée à des tirs de mortiers et de mitrailleuses ennemis. La George est aussi immobilisé. Les troopers de la Item continuent leur ascension et prennent les positions allemandes dès la nuit tombée où ils sont accueillit par des tirs de mortiers.
Lors de l’avancée sur la ville, des allemands peuvent être vu sortant des maisons et allant se mettre en position à la vue du ravin.

Durant l’assaut sur Saint-Cézaire, Joe Mackiewicz de I/517 est blessé en même temps que Toni Esparza lors d’un barrage de mortiers allemands. Elsworth Harger de la G Company participe également à l’assaut de Saint-Cézaire et voir Goswick et Staat mourir sous ses yeux. Le T/5 Thomas J. Nolan Jr., un medic essaye de sauver Hector Colo ayant été toucher à la poitrine par un excellent tireur allemand jouant avec Nolan ayant déjà tué Staat et Goswick.

Frank Dallas raconte : « Je ne me souviens de pas grand chose… J’avais 18 ans et il fallait le faire… On a eu pas mal de pertes… On était en plein milieu d’un barrage de mortiers et de mitrailleuses lourdes. Heureusement la plupart des obus de mortier étaient défectueux, ce qui nous a épargné pas mal de victimes… » Lorsque la I Company du 3rd Battalion se trouve devant la ville de Saint-Cézaire, le 2nd Platoon de la I Company se retrouve pris sous un barrage de tirs de mortiers et d’armes automatiques.

« Des gars mourraient autour de moi – Il fallait que je fasse quelque chose. » Le Sgt. Dallas, Squad Leader dans le 2nd Platoon fonce soudain à travers une brèche, sous le feu ennemi.
Il traverse avec succès et se retrouve vite en bas d’une falaise. Il escalade la falaise et se retrouve derrière les positions Allemandes. Il tue immédiatement cinq Allemands avant qu’ils ne puissent déterminer d’où viennent les tirs. « Je les ai éliminés un par un. Lorsque j’ai abattu le cinquième, six autres Allemands ont apparu. Ils m’arrosaient avec leurs armes automatiques, mais je n’arrêtais pas de changer de position. »  Il continue à avancer à travers les lignes Allemandes et tue encore 6 ennemis. Il finit par détruire la position de mitrailleuses et de mortiers à la grenade. Son action a permis au reste de la compagnie de le rejoindre en haut de la falaise et de compléter l’attaque sur la ville.

Grâce à l’action du S/Sgt. Dallas, la compagnie a pu progresser et chasser les Allemands de Saint Cézaire. Durant les premiers moment de l’assaut, un tireur d’élite allemand très experimenté tue deux hommes d’une balle dans la tête,

À minuit, Saint-Cézaire est libéré. On dénombre 21 Allemands tués et un nombre inconnu de blessés.
Dans les rangs des compagnies du 517th on compte cinq morts et vingt blessés.

Le village devait être important aux yeux des Allemands car les Engineers du 596th Parachute Engineer Company ont retiré 32 Tellermines d’un champ au nord du village. De nombreux explosifs et booby-traps ont été retrouvés dans les rues et les puits de Saint Cezaire.
La bataille de Saint Cézaire venait d’éliminer la dernière grande poche de résistance allemande dans la zone du 517th à l’ouest du Var.

Le Pvt. Woodrow W. McQuade (un Indien) joua un rôle clé dans la percée de la I Co.. C’était un excellent combattant, rapide et précis. Le Pvt. Richard Sailor de I/517 a été tué par un tir de mortier. Pfc. Hector H. Colo (d’origine méxicaine), Jesse O. Goswick, Charles F. Stanford, et le Pvt. John A. Staat de la compagnie G sont morts durant l’assaut. Le Lieutenant Dick Spencer, platoon leader de la George a reçu un éclat de mortier dans le menton.

Pour cette action les George & Item Company reçoivent une « Task Force Commendation » de la part du Task Force Commander, le Major General Robert Frederick.

Bibliographie

Archer, Clark. Paratroopers' Odyssey: A history of the 517th Parachute Combat Team. 1985

Astor, Gerald. Battling Buzzards: The Odyssey of the 517th Parachute Regimental Combat Team 1943-1945 . Dell, October 9, 2001