Serial 7

À 4 heures 40, 40 kms au nord est de la DZ, une aventure sauvage se crée. Le 3rd Battalion de Mel Zais et la plupart de ses compagnies sont éparpillées sur 13 kms sur un paysage rocheux depuis Seillans et à travers Fayence et Callian jusqu’à Montauroux, toutes à un jour de marche de la DZ A.

Cependant, pour le 1st Lt. Edward H. Athey, la journée a mal commencé, son avion s’est écrasé sur la piste, et ils devront rejoindre la DZ A par planeur, dans l’après midi du 15 août.

Sur ce paysage montagneux, beaucoup d’homme subissent des blessures durant le saut en atterrissant sur les pentes rocheuses et des terrasses. Des difficultés sont rencontrés sur les montagnes pour localisé les équipements bundles à cause du mauvais fonctionnement des lumières. Le Heavy Weapon Platoon arrive à localiser toutes ses mitrailleuses et ses bazookas, tandis que le Mortar Platoon localise de deux ses mortiers de 81mm. Le Communication Platoon est moins chanceux. La plupart de ses équipements sont perdus et d’autres sont inutilisable à cause de la casse.

Lorsque les hommes commencent à monter et chercher les équipements, trois groupes principaux apparaissent : les 10 premiers avions près de Seillans, qui comprennent la plupart des hommes de I/517 et le Battalion Headquarters comprenant Melvin Zais et la plupart des hommes du Communication Platoon pour un total d’environ 160 hommes. Environ soixante hommes du Battalion HQ et H/517 sont tombés à proximité de Tourrettes. Dans le domaine de Callian et dans la vallée de la Camiole sont tombés 200 hommes du 3rd Battalion et 60 hommes du 3/596th Engineer, le Regimental Headquarters et la Service Company.

Les trois groupes constitués sont composés d’un total de 480 hommes. Environ 35 ont sont blessés et doivent restés à l’arrière. 75 autres constituent une colonne se dirigeant vers la DZ A, 30 l’ont rejoins séparément, mais environ 50 hommes sont trop loin pour rejoindre leurs compagnies et restent donc dans la région faisant leur propre guerre pendant plusieurs jours.

À Seillans, le Colonel Zais ne perd pas de temps pour commencer à avancer. Après vérification de ceux étant incapable de marcher, le Lieutenant Stott et six autres restent avec un médecin ; le commandant en second du bataillon, le Major Bob McMahon insiste à rester dans le feu de l’action malgré une sévère coupure à la jambe.

Le carrefour des Quatre Chemins au sud de Callian a été témoin d'une embuscade de la part de plusieurs prachutistes contre une ambulance allemande transportant des soldats allemands armés

Le carrefour des Quatre Chemins au sud de Callian a été témoin d’une embuscade de la part de plusieurs parachutistes contre une ambulance transportant des soldats allemands armés.

La colonne est constituée à 8 heures du matin. Un groupe de P-38 arrive ensuite sur zone afin de les bombarder, croyant que ce sont des allemands. Les hommes se couchent au sol et le bombardement prend fin lorsque le Captain Bill Pencak jète une grenade fumigène jaune, signe de reconnaissance au sol. Heureusement, il n’y a aucune victime. un sergent lance alors « Son but était aussi pauvre que son jugement ! » Le Colonel Zais regroupe sa colonne et se remet en marche, l’arrêt permet de faire sauter un morceau de chemin de fer au nord de Claviers. Dans l’obscurité, ils atteignent Callas, forment un périmètre de défense et attendent le levé du jour.

Le Battalion Headquarters Company Commander Captain Joe McGeever prend le commandement des 6 hommes autour de Tourrettes, laissant dix blessés avec un médic, le groupe de Mc Geever doit faire cap vers le sud à partir de Tourrettes à 11 heures. À l’extérieur de la ville, ils sont rejoints par 80 parachutistes britanniques du Major Blackwood. Arrivant sur la route Fayence-Bagnols, la colonne tombe sur un convoi de camions ennemis sous des tirs venant d’une maison en pierre près de la route. Six véhicules sont arrêtés. Il s’agit du convoi des Grenadier-Regiments 327 et 372 envoyé depuis Grasse pour renforcé la défense de Draguignan. Les allemands descendent des véhicules et ripostent. Les Américains de McGeever et les Britanniques de Blackwood se joignent à la fête. Le combat se termine lorsqu’un mortier de 81mm entre en action. Cinq allemands se rendent, 10 ou 12 ont été tués et le reste se sauve dans la campagne. Trois hommes de la Task Force HQ se trouvent dans la maison en pierre, incluant un personnage n’étant pas moins que l’un des commandant du Combat Team : le Lt. Colonel Chester De Gavre. Ils rejoignent alors la force de McGeever. La colonne reprent sa marche vers le sud, l’équipement est quelques peut alléger par trois camions capturés.

Environ 260 hommes réussissent à se réunir autour de Callian, et de loin, la plus grande partie du 7e serial. Il y a plein de Lieutenant, mais aucun autre officier de rang supérieur. Les jeunes lieutenants décident que c’est le Lt. Ludlow Gibbons de la H Company qui est le plus gradé. Sous son commandement, la colonne se forme et se dirige au sud-ouest. Elle ne rencontre aucune opposition mais le groupe de Gibbons rencontre la colonne de McGeever à un carrefour sur la route de Bagnols-Fayence. D’autres hommes rejoignent la colonne tout au long du chemin. Au moment ou la force combiné fait une halte pour la nuit, à 8 kms au nord de Bagnols, elle a atteint une taille respectable de plus de 400 hommes. Les hommes du bataillon arrivent à La Motte aux environs de 14 heures et de là, Zais obtient une jeep provenant d’une unité de glider. Les parachutistes continuent ensuite jusqu’à Sainte Roseline, qu’ils atteignent à 16 heures et débutent leur attaque pour la prise des Arcs.

Le 19 août, le Captain McGeever avec un officer du 602nd GFAB et quatre jeeps, retournent sur les collines à l’est de Tourettes et ramène les blessés sur les zones de largages.