La traversée du Var

Après le 27 août lorsque les défenses allemandes du Loup tombent aux mains de la First Airborne Task Force, ses unités doivent maintenant franchir le fleuve du Var. Le 517th atteint le fleuve à Carros dans le secteur au nord du front le 26 août.

L’avancée jusqu’au Var

Un détachement de la Cannon Company de la First Special Service Force, accompagnée par des troupes à pied de la FSSF et par des M10 Tank Destoyer du 645th Tank Destroyer Battalion est envoyer en reconnaissance à Saint-Laurent-du-Var. Le détachement entre dans le village de La Colle sans rencontrer de résistance ennemi et poursuit en direction de Saint-Paul pour reconnaître les différents points de passage de la Force. À Saint-Paul, ils ne rencontrent aucune résistance. En allant à leur prochain objectif qui est un pont, ce dernier est détruit et le détachement doit traverser à guet pour aller vers un croisement routier qui n’est pas miné et en assez bon état. Le détachement s’en va ensuite à son cinquième objectif après avoir contacté le PC de la FSSF de leur progression. La colonne peut maintenant prendre la direction de Villeneuve-Loubet libéré peu de temps après leur arrivée et embarquent une compagnie entière de Forcemen après avoir reçu une nouvelle mission de la part du Colonel Walker, commandant de la FSSF. Une colonne blindée ennemie est signalée, suivant la route de Saint-Laurent vers Cagnes, où le détachement déposent tous les pelotons de la compagnie excepté un afin de protéger leurs arrières et tenir la ville. Le détachement continue ensuite en direction du Var où ils rencontrent une lourde résistance ennemie, sous la forme d’un tir croisé mortel de plusieurs mitrailleuses. Le peloton de Forcemen se déploie sur le flanc gauche profitant du couvert donné par le point ferroviaire et le talus à gauche de la route, tirant avec leurs armes légères en direction des mitrailleuses jusqu’à ce que le deuxième half-track se mette en position pour leur tirer dessus et les détruire. Simultanément, le half-track de tête engage le combat avec la mitrailleuse de droite les obligeant à se replier. De là, le détachement continue sa route vers Saint-Laurent. Ici ils rejoignent un groupe de partisans qui les informent d’une autre mitrailleuse plus loin sur la route. Les deux M10 restent en arrière car des ennemis s’y trouvent encore et le reste du détachement continue à avancer afin de détruire la position de mitrailleuse.

Après être arrivé à Saint-Laurent, le détachement n’aperçoit pas la colonne de blindée ennemie et a déjà parcouru une quarantaine de kilomètres au-delà du front tenue par la FSSF. Ayant besoin de munitions, d’essence et de services médicaux pour les partisans blessés, le détachement retourne à Saint-Paul où se trouve le PC de la FSSF.

Le 27, la FSSF capture un soldat polonais qui leur donne volontiers toutes les informations nécessaires à leur progression. Le 28 août, le 1st Regiment progresse vers l’est en direction de Saint-Laurent depuis Cagnes libérant cette fois la ville pour de bon et se dirige ensuite vers les collines surplombant le Var dans l’après-midi. Le lendemain 29 août, une patrouille du 3rd Regiment traverse le Var, atteignant Saint-Isidore où les résistants donnent des prisonniers allemands capturés.

La Résistance avait déclenché une insurrection dans Nice, tôt le matin du 28 août. Le 28 août lorsque l’insurrection commence à Nice, ni la FSSF, ni le 551st PIB n’ont encore atteint le Var, étant donné que les deux unités sont encore entrain de patrouiller et de contacter le 517th PIR plus au nord dans le secteur de Saint-Jeannet et que le 551st PIB atteint l’embouchure du Var depuis Biot dans la matinée du 29.

Saint-Paul-de-Vence et Vence

Le 3rd Regiment de la FSSF qui se tenait en réserve à Biot depuis le 24 août, se dirige le 27 en direction de Saint-Paul et Vence, atteignant en premier Saint-Paul. Les Allemands s’étaient retirés du village avant l’arrivée du détachement de la Cannon Company de la FSSF. Dès l’aube du 27 août, les Forcemen tirent sur les Allemands postés à Vence, aux Cayrons et ces derniers ripostent brièvement. La première jeep arrivant à Saint-Paul est celle du Lt. Col. Ralph W. Becket, commandant du 3rd Regiment qui se fait offrir une bouteille de whisky. Peu après, les éléments avancés de la FSSF partent en direction de Vence.

La libération du secteur autour de Vence se fait relativement calme. Après avoir libéré Vence dans l’après-midi du 27, le 3rd Regiment de la FSSF avance jusqu’à des positions surplombant le Var pendant la journée du 28 tout comme les hommes du 1st Regiment à Saint-Laurent. Les premières patrouilles du 3rd Regiment atteignant le secteur de La Gaude le 28 rapportent que le village est libre.

Sur le Var

Le 517th traverse Grasse peu après sa libération par la FSSF et, tandis que la FSSF se dirige vers la partie sud de la rivière Le Loup, le 517th avance vers le secteur nord où une patrouille du 3/517 atteint Bar-sur-Loup le 24 août et le Regimental CP y est installé.

De Bar, ils peuvent voir un important pont ferroviaire que les Allemands n’avaient pas encore fait sauter malgré qu’il soit piégé. Le pont saute quelques instants après. Pendant les deux jours suivants, la FSSF et le 509th PIB font face à une résistance allemande assez sérieuse sur la ligne défensive de la rivière Le Loup et leur progression est stoppée jusqu’au 27 août. Pendant ce temps, le 517th déborde les défenses allemandes au nord, pénétrant dans les montagnes, contrôlées par la Résistance. Ne rencontrant aucune force ennemie, le 517th peu donc avancé très rapidement vers l’est. Le 24, après que le pont de Pont-du-Loup ce soit fait détruire, le 517th PRCT traverse le Loup et remonte sa vallée jusqu’à Courmes. Le 25, ils entrent dans Coursegoules, Bézaudun et Le Broc. Le 26, alors que les autres unités de la FABTF se battent encore sur le Loup, le 517th avait déjà pris une grande avance, ayant déjà pu atteindre le Var à Carros.

Coup de bluff sur le pont de la Manda

Lors de leur avancer dans les Alpes-Maritimes, des scouts du 1/517 repère le pont de la Manda partiellement démoli sur le Var. Il est décidé que le pont est réparable et qu’il serait d’un grand atout pour le 517th s’ils peuvent empêcher les Allemands de terminer sa démolition. Les hommes de la C Company ont la mission de sécuriser ce pont intact. Les forces allemandes en retraite laissent généralement une troupe d’arrière garde sur des ponts comme celui-ci afin de faire sauter sa structure. Sur d’autres reconnaissance, les américains apprennent qu’il y a effectivement deux gardes faisant officie de guetteur à l’autre extrémité du pont.

Deux hommes de la C Company, le Cpl. Leslie Perkins et le Pfc. Reginald Richards se portent rapidement volontaire pour faire une promenade sur le pont en espérant ne pas être reconnu par l’ennemi au cours de cette aventure risquée. Les deux hommes trouvent une brouette où ils y cachent leurs fusils sous des pioches et des pelles. Ils enlèvent leurs chemises et couvre leurs bottes de saut avec leur pantalon et mettent chacun un bandana autour de leur tête. Les deux hommes ressemblent alors à des ouvriers enrôlés poussant leur brouette sur le Var. A mi-chemin du pont, les gardes allemands commencent à s’agiter et montrent des signes d’anxiété. C’est à ce moment-là que l’un des deux soldats réalise que quelque chose ne va pas et se met à crier « halte. » Les deux allemands mettent la mains sur leurs armes, mais les deux parachutistes sont plus rapides qu’eux et les descendent avant même d’avoir pu pointer leurs armes sur eux. Perkins et Richards sont les premiers soldats alliés à traverser le Var.

Le Var est un petit fleuve se trouvant entre Cannes est Nice et il doit être franchi pour prendre Nice. Lors de leur retraire, les Allemands ont fait sauter la plupart des ponts qui traversent le fleuve et disputent l’avance des Américains sur n’importe quelle route. Il est à noter que l’infanterie de la 1st Airborne Task Force est très légèrement équipé, la plupart des hommes n’ont pas de véhicule et se motorise comme ils le peuvent avec des motos, charrettes, quelques voitures civiles et véhicules capturés…

L’attaque de La Roquette-sur-Var

La Easy Company du 517th PIR a ordre de prendre La Roquette le 27 août pour le passage de tout le 517th Parachute Regimental Combat Team, car c’est le seul endroit où un pont est encore debout.

Une patrouille est constituée tôt le matin du 27 août et surprend des soldats ennemis au Broc qui sont chargés de démolir le pont avec des charges explosives. Cette force ennemie est très déterminée à accomplir sa mission. Le pont est protégé par des mortiers et des emplacements de mitrailleuses ennemis. Chaque fois la patrouille doit revenir en arrière à cause des tirs nourris. C’est la F Company renforcée d’un squad de mitrailleuse de la HQ Co. qui est par la suite chargé de la prise de ce pont. Voyant le réseau de défense du pont, la traversée ne vaut pas le coup d’avoir des  pertes. Cette pensée est partagé par les défenseurs allemands car les canons du 460th PFAB et les mortiers de 81mm couvrant la Fox Company font rester les Allemands dans leurs trous et les empêches de finir leur travaille de démolition.

La Easy Company du Capt. Robert H. Newberry reçoit l’ordre de traverser le Var les pieds dans l’eau à 2h du matin le 28 août avec Louie, un résistant français, ayant la mission d’infiltrés les positions ennemis pour pouvoir ensuite attaquer à 16 heures 30, en coordination avec la Fox Company qui doit aussi attaquer le pont à son tour. Le 1st Platoon est celui qui ouvre la marche et où se trouve le commandant de compagnie, le 2nd platoon est celui où se trouvent les armes lourdes et le 3rd platoon ferme la marche. Durant la traversée, deux mortiers de 60mm seulement sont emportés mais quatre troopers perdent leurs fusils à cause du courant. Il leur avait été dit que l’eau ariverait seulement qu’aux chevilles, mais elle leur arrive jusqu’à la taille.

Après la traversée, la patrouille doit passé à travers des barbelés et un champ de mine, tout ceci sans révéler leur présence. La patrouille s’installe ensuite à un endroit où, d’après le FFI nommé Louie, aucun allemand ne passe par là.

Il est important pour le peloton de ne pas tirer pour ne pas se faire repérer. À 16h25 le 28 août, la patrouille de la E Company se met à traversée la ville sous la couverture de ses deux mortiers, l’un de ses servants est blessé à cause d’un tir manqué, mais le tube continue à tirer. Le 3rd platoon leader est touché par une grenade et subi une commotion cérébrale.  La Fox Company soutenue par la Dog Company au sud et les tirs d’artillerie du 460th PFAB et mortiers de 81mm, traverse le pont à 17h le 28 août et prend les hauteurs à l’est du Var. Les combats sont acharnés et la E Company prend La Roquette, maison par maison, pièce par pièce. Au total, 25 allemands sont tués et 81 faits prisonniers. La E Company a 10 blessés, mais aucun tué, elle est plus tard félicitée par le Colonel Rupert D. Grave et le Général Robert T. Frederick qui lui remet une Task Force Commendation. La prise de La Roquette est un succès total, le 2nd Battalion du 517th PIR avait encore fait des merveilles.

Des paras de la D Company du 517th PIR posent sur l’Arpasse entre Levens et La Roquette. (Mike Kane)

Le 551st PIB traverse le Var entre le 27 et le 29.
Le 602nd GFAB traverse le Var à Saint Isidore le 28 août avec la First Special Service Force.

Traversée du Var par le 602nd Glider Field Artillery Battalion.

Le 1st Platoon de la 596th Airborne Engineer Company est la première unité du 509th Combat Team à traversée le Var car elle doit déminer le lit du fleuve. Tout le 509th PIB traverse le Var le 30 août. Ils ont même un contact avec des éléments la First Special Service Force sur leur flanc gauche.

Le déminage du Var

Le 517th PRCT avait réussi par son audacieuse traversée du Var, à capturer toute la région de Levens sans avoir un seul homme tué. Suite à cette attaque, la 596th Parachute Combat Engineer Company reçoit la mission d’enlever une partie des mines du lit du Var le 30 août.

La compagnie à la lourde tâche d’enlever des obstacles anti planeur. Des obus de 155m sont suspendus à des fils, tendu entre deux pieux et trois hommes sont tués durant ces manipulations.

 

 

Bibliographie

Archer, Clark. Paratroopers' Odyssey: A history of the 517th Parachute Combat Team. Paperback – 1985

Irving Walter G. The Operations of Company E, 517PRCT, in a River Crossing and an Attack at La Roquette, France, 27-28 August 1944. Fort Benning Infantry School