Villeneuve-Loubet

Share Button

Après avoir précédemment libéré Grasse, la First Special Service Force a la tâche de libérer Villeneuve-Loubet. Le 24 août, la FSSF atteint la colline de l’Aspre de Redon et tombent dans un embuscade où les allemands tirs des obus de mortier. Seize Forcemen de la 5-2 sont blessés, mais aucun n’est tué. Le Lt. William Story du 4-2 se trouve là derrière le 5-2 et voit les obus tombé sur le groupe de tête. Ce bombardement est suivit par un violent tir d’artillerie sur une colline à leur gauche. Le Major. Stanley C. Waters, commandant du 2nd Battalion du 2nd Regiment de la FSSF se trouve avec Story lors du pilonnage. Aucun Forcemen n’est touché par les tirs, car tous ce trouvent juste en dessous de la crête de la colline, sur la contre-pente par rapport à l’endroit où tapent les obus. Face à cette résistance inattendue, la FSSF se retire vers Roquefort-les-Pins suite à un changement de plan.

La journée du 25 août est surtout marquer par des tirs d’artillerie car les allemands bombardent les positions de la FSSF devant Villeneuve-Loubet et les américains font la même chose pour les allemands dans la ville même. Le 2nd Regiment compte attaquer la ville à la tombée de la nuit le 25. Dans l’après midi, le 2-2 du Captain Adna Underhill prend position sur les collines au sud de l’Aspre de Redon d’où le village et le château de Villeneuve sont clairement visible pour un éventuel coup de main à ceux ayant mission d’attaquer la ville. De là, ils peuvent voir la méditerranée et la ville d’Antibes et sont aussi presque atteint par erreur par les obus de la marine. Ils découvrent aussi que des civil française ce sont réfugiés dans une petite grotte dans le petit vallon isolé de Cireuil, au pied de la colline sur laquelle venaient tout juste de prendre position les Forcemen.

Les obus s’abattant sur Villeneuve proviennent de la marine mais aussi du 602nd Glider Field Artillery Battalion et de la A Company du 2nd Chemical Battalion. En fin d’après midi du 25 août, la B Battery du 602nd prend position aux Terres Blanches au sud de Roquefort, très près de la ligne de front et sont pris à partie par des obus de mortiers les obligeant à se replier. Le même jour au même moment, le 1st Regiment de la FSSF atteint le pont de La Colle qui avait déjà sauter et sont pris à partie par les tirs de mortiers tout comme le 602nd.

Tandis que le 1st Regiment se fait drôlement malmené par les tirs d’artillerie à La Colle et à Roquefort, le 2nd Regiment est entrain de planifié son attaque sur Villeneuve pour la nuit du 25 au 26 août. Les 5-2 et 6-2 doivent mener l’assaut avec le 4-2 en réserve. Quelques Villenevois décident de traverser les lignes pendant la journée afin de fournir des renseignements aux alliés. Parmi eux se trouve Lolo Fournier âgé seulement de 17 ans. Rencontrant un premier contrôle des allemands, Lolo passe et rencontre les américains. Il revient au village les poches pleines de chewing-gum et de chocolats et armé d’un colt 1911. Il persuade trois autres hommes pour l’accompagner et rejoindre à nouveau les américains. Finalement la nuit tombe vers 21h et l’assaut de nuit du 2nd Regiment commence. Les Forcemen se mettent à progresser sur l’Aspre de Redon à travers la forêt, guidée par les 4 français connaissant tous les environs.

L’attaque de Villeneuve-Loubet et la prise du château

La 6th Company doit déborder Villeneuve par le nord et prendre le château et le village par derrière, tandis que la 5th Company doit faire une attaque de front sur le village et le pont. Une partie de la 6th Company , guidée par Marius Bardana parvient à traverser le Loup – où tous les pont avaient été détruit par les sapeurs allemands – à contourner les défenses allemandes et à arriver jusqu’à l’entrée du château sans tirer un coup de feu. En arrivant au château, qui ce dernier est habité par un marquis, les Forcemen trouvent porte close et attendent jusqu’à 4 heures du matin. Finalement, ils font prisonnier une petite dizaine d’allemand ayant eu leur mitrailleuse positionné dans les tours. Ces derniers étaient endormis ! Tout comme ceux dormant dans un champ à côté. Aucun coup de feu n’est tiré. La plupart des prisonniers sont des polonais.

Après cela, les Forcemen entrent dans le domaine et d’autres vont jusqu’à la tour avec le Captain Piette. Un pak40 allemand se trouve au loin et tir sur le château. Immédiatement un FM BAR est mis en batterie et les servants sont mis en fuite.

Lors de la prise d’assaut du village par le 6-2, les Forcemen découvrent quelques défenseurs allemands et voient également des français ayant attendu si longtemps dans leur maison à cause des bombardements, se soulager la vessie. Le platoon de la compagnie devant attaquer le village fait face à des tirs d’armes légères violent et précis. Le Captain Larry Piette récupère un platoon resté en réserve et l’amène vers les lieux de l’action, malheureusement, le 1st Lt. Ross L. Samuel, commandant du platoon est mortellement blessé par une balle.

Le 1st Lt. George Parnell de la 887th Aviation Airborne Engineer Company rentre dans le village avec trois de ses hommes afin de faire une reconnaissance sachant qu’un pont détruit et un champ de mine sont signalés. Les Forcemen s’enfoncent dans les collines et Parnell se retrouve seul sur la route avec ses hommes et un résistant. Il continue en jeep puis à pied pendant 3 kilomètres jusqu’au champ de mine lorsqu’ils se font tiré dessus à bout portant par une mitrailleuse. L’un de ses hommes disparait soudainement et après 10 minutes Parnell demande à l’un de ses hommes de retourné à l’arrière pour faire un rapport, et met en batterie une mitrailleuse qu’il transporte dans la jeep. Une heure après, l’homme revient mais pas la jeep, et décide de se replier à pied.

Peu après, le S/Sgt. Québécois Ross Orr du 5-2 décide de neutralisé cet obstacle en neutralisant les trois positions de mitrailleuse présente. Il se fait tirer dessus mais tient bon et blesse gravement les servants d’une première position. Les autres servants des deux autres mitrailleuses se rendent juste après. Cette action lui vaut une Distinguished Service Cross.

 Aux mains des américains et des canadiens de la Force, les allemands ne mettent pas longtemps à contre attaquer en prenant d’assaut le château où celui-ci sert à présent de poste d’observation. Le Lt. William Crawford du 6-2 est blessé avec deux de ses hommes sur le pas de la porte. Gravement blessé à la jambe et à la gorge, Crawford ne met pas longtemps à s’en remettre et est de nouveau rapidement sur pied à commandé ses hommes. La bataille fait rage et de nombreux obus s’abattent sur le château. Warren MacPhie du 6-2 et servant de mortier installe son mortier sur la tour du château mais abandonne vite la position, trop exposé par les tirs ennemis.

Le Lt. George Parnell de la 887th Engineer Company est en action près du pont détruit de Villeneuve où il démine le chemin avec ses hommes. Ils sont pris à partie par des tirs d’artilleries et de mortiers et sont cloués au sol plusieurs heures. Le Pfc. Cecil M. Fitzgerald est tué par un obus de 105mm.
Les Forcemen à Villeneuve-Loubet sont également soutenus par les artilleurs du 602nd FAB tirant de droite à gauche sans arrêt durant la contre attaque.

Aux alentours de midi plus d’une trentaine d’allemands sont fait prisonniers par… Deux Villeneuvois ! Sans arme. En fait, il s’agit d’un officier allemand et d’une trentaine de polonais remis au 2nd Regiment après leur entrée dans la ville sous la garde des deux jeunes hommes.

Les allemands lancent à présent de sérieuse contre attaque depuis la colline boisée se trouvant au sud du château. Pendant la contre-attaque, Harold Webb se trouve sur un grand fauteuil en face d’une meurtrière observant les allemands. À chaque fois qu’une patrouille passe, il les arrosent.

Tandis que la plupart des Forcemen repoussent les contre attaques depuis le château, certains, comme le Pfc. Henry Blackman se battent à l’extérieur du château. Blackman se bat avec un fusil mitrailleur et des grenades sur l’axe d’approche des allemands et relancent plusieurs grenades ennemis sur ses adversaires et arrive même à désorganisé une contre attaque en les prenant à partie, les forçant à se replier. Il se fait gravement blessé peu de temps après par des tirs de mortiers et reçoit la Silver Star pour ses actions ce jour.

En soirée, la plupart des allemands sont repoussés et les tirs cessent peu à peu. Le 1st Lt. William Story commandant du 4-2 arrive à Villeneuve-Loubet et n’y voit aucune présence de l’ennemi. Story reçoit ensuite l’ordre d’établir une ligne de défense en périphérie de la ville. En allant près du château avec sa compagnie, un allemand tir sur le Sgt. Floyd S. Schmidt de la 6-2 venant de descendre du château. Il l’atteint à l’artère fémorale et les Forcemen présent descendent l’allemand avec rage. Les médecins n’arrivent pas à arrêter l’hémorragie et un attroupement se créer autour du blessé avec le médecin du village, ce dernier n’arrive pas non plus à arrêter l’hémorragie. Schmidt meurt sous les yeux de ses compagnons et est recouvert d’un poncho, son corps restant sur place jusqu’au lendemain matin.

Dans la nuit du 26 au 27, les allemands contre attaque et mettent le feu à plusieurs bâtiments autour de la forteresse pour essayer de faire fuir les Forcemen. Ceci ne fait rien et après un court combat à la grenade, les allemands se replient pour de bon.

La Colle-sur-Loup 

À La Colle-sur-Loup, le 1st Regiment de la FSSF bataille contre plusieurs contre-attaques allemandes notamment sur Hill 212 surplombant le pont détruit sur Le Loup. À 5 heures du matin, trois prisonniers sont fait, suivi par une contre-attaque qui se replie face aux tirs d’artillerie et arme légère et à 18 heures 50, 5 autres prisonniers sont fait. La Force a alors 7 blessés. Le matin du 27 août, les Forcemen rentre dans La Colle.


Cependant, il semble que le village de Tourrettes-sur-Loup au nord de La Colle soit ignorée. Le 517th PRCT contourne le village par le nord et la FSSF par le sud. Le résultat est que la 512th Airborne Signal Company passe dans le village, croyant qu’il avait déjà été libéré. La compagnie rencontre alors que un groupe d’ennemi d’une vingtaine d’homme et doit rebroussé chemin et la petite troupe allemande, au vu de l’avancé alliée se retire peu de temps après.

Villeneuve-Loubet Plage

Dans la partie sud s’appelant Villeneuve-Loubet Plage, la commune de Villeneuve est en contact avec la mer. S’y trouve également la RN 7. Cette partie de la ville ne se trouve pas dans le secteur d’action de la FSSF mais du 509th Parachute Infantry Battalion. Au matin du 26, alors que la bataille fait rage dans le nord du village, une patrouille de parachutiste arrive depuis la rivière Brague qu’ils avaient attint le 24, engageant ainsi le combat pour libéré la RN 7. Arrivant à Villeneuve-Loubet Plage, les américains vont de maison en maison et sont accueillit à bras ouvert par la population où chacun leur offre un verre à boire. Croyant que la plupart des allemands se sont rendus, ils se dirigent ensuite vers le blockhaus de la RN 7 avec les FFI. De là, un Goliath les charges et les américains ont le temps de s’abriter dans un ruisseau avant que celui-ci n’explose. Puis les parachutistes demande aux maquisards de le faire passé par derrière le blockhaus afin de jeter une grenade dans un conduit d’aération les faisant sortir très rapidement. La patrouille revient ainsi avec 8 prisonniers.

Le matin du 27 août, la rivière est enfin aux mains des alliés. La FSSF, le 509th et le 551st PIB peuvent à présent avancer vers la prochaine ligne défensive allemande sur Le Var.